Des Filles de la Charité à l'ONU

Les Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul travaillent aux Nations Unies.
Pour influer sur les politiques qui affectent les personnes qui souffrent de la pauvreté, de l’injustice, ou de l’exclusion. Leur services les amènent à s’impliquer dans des luttes comme le manque de logement, la traite humaine, l’éradication de la pauvreté, les préoccupations des indigènes, le changement climatique, la migration etc… Comme la Communauté, les Nations Unies s’engagent à “ne laisser personne derrière”. A travers cette série de documents mensuels, nous espérons montrer les liens entre les attentes des Nations Unies, de la Communauté et de l’Eglise sur des thèmes essentiels, et stimuler la réflexion ou l’action sur ceux-ci.
Dernier article

Nous ne pouvons pas nous taire! Mutualité et Interdépendance: Comment avons-nous traité ces concepts. (2ème partie)

La question est la suivante : avons-nous accepté ces différences ? Ou avons-nous ignoré ou essayé de modeler « l’autre » parmi nous en quelque chose de plus familier ?

En abordant l'idée que nous vivons en présence consciente de la différence, Cécile Meijer, RSCJ nous rappelle que : « La présence de Dieu dans toute la création n'est pas seulement répétée à plusieurs reprises dans les Écritures, ce souffle vivifiant de Dieu a porté l'énergie tout au long de notre histoire humaine. Thomas Merton articule cette réalité du Dieu Intérieur en ces mots : « Dieu a, pour ainsi dire, mis en toute chose quelque chose de la bonté divine. Il y a des étincelles saintes dans tous les êtres créés. La tâche humaine est de voir ces choses et de libérer les étincelles divines dans la création par la louange, l'amour et la joie.

Fine Défenseure du droit et éducatrice, Meijer déclare : « Le respect de chaque être humain et organisme sur la planète Terre – personnes, animaux, plantes, etc. – alors que la maison de Dieu fait tomber les murs et les préjugés. Cela se résume à la prise en compte du fait que si Dieu vit en moi, Il vit également dans mon prochain et dans tout ce qui respire – tout ce qui est.

Cette prise de conscience a des implications énormes. Par exemple, en tant que chrétiens, nous sommes continuellement invités à faire de la place à Dieu, à élargir les parois de notre tente, pour ainsi dire.

Mais si Dieu vit également dans les autres, cela ne signifie-t-il pas que nous sommes appelés à permettre aux autres d'élargir leurs tentes en vivant plus dignement ? Cela ne nous incite-t-il pas à œuvrer pour un changement structurel afin que les inégalités croissantes au sein et entre les pays puissent être traitées ? (Cécile Meijer, « La présence qui habite notre monde, il est bon que nous soyons ici », Exlibris, 2015, p.8)

Malheureusement, au cours des dernières années, notre monde a été témoin et a expérimenté un grossissement du discours dans le domaine politique. Diaboliser » l’autre », au lieu d'être en désaccord civilement et d'essayer d'arriver à un consensus par le compromis, est devenu la norme. Comment pouvons-nous nous éduquer et nous inviter les uns les autres à effectuer un déplacement dans notre manière de penser et notre relation à « l’autre », en adoptant le concept d'unité et en réalisant que nous sommes tous dans le même bateau ?

Archives Des Filles de la Charité à l'ONU