Des Filles de la Charité à l'ONU

Les Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul travaillent aux Nations Unies. Pour influer sur les politiques qui affectent les personnes qui souffrent de la pauvreté, de l’injustice, ou de l’exclusion. Leur services les amènent à s’impliquer dans des luttes comme le manque de logement, la traite humaine, l’éradication de la pauvreté, les préoccupations des indigènes, le changement climatique, la migration etc… Comme la Communauté, les Nations Unies s’engagent à “ne laisser personne derrière”. A travers cette série de documents mensuels, nous espérons montrer les liens entre les attentes des Nations Unies, de la Communauté et de l’Eglise sur des thèmes essentiels, et stimuler la réflexion ou l’action sur ceux-ci.
Dernier article

Éradication de la violence contre les femmes.

La Commission Onusienne de la Femme: participation et prise de décisions dans la sphère publique.

En mars, le siège de l’O.N.U. à New York est habituellement animé de milliers de personnes participant à la Commission annuelle de la Condition de la Femme (C.S.W.). Cette année, la 65e session de cette Commission se tiendra virtuellement et se déroulera du 15 au 26 mars.

Le thème de cette année est le suivant:

« Participation pleine et effective des femmes à la prise de décisions dans la sphère publique, élimination de la violence, réalisation de l’égalité des sexes et autonomisation de toutes les femmes et de toutes les jeunes filles. » Le sujet rejoint le thème de la Journée Internationale de la Femme du 8 mars : “Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19. »

Photo 1: Affiche de la 65e Session de la Commission de la Condition de la femme (O.N.U.)

De nombreux pays dirigés par des femmes ont eu des réponses fortes lors de la pandémie de la Covid-19. Par exemple, les Dirigeantes du Danemark, de l’Éthiopie, de la Finlande, de l’Allemagne, de l’Islande, de la Nouvelle-Zélande et de la Slovaquie se sont distinguées par leur rapidité, leur détermination et l’efficacité de leurs réponses nationales à la Covid-19.

Malheureusement, au 8 novembre 2020, on ne comptabilisait dans le monde que 20 femmes à la tête de gouvernements.

LA PARTICIPATION DES FILLES DE LA CHARITÉ

Les Filles de la Charité se mobiliseront sur le thème de la Commission concernant l’éradication des violences faites aux femmes. Elles co-parraineront le thème intitulé : « Le Sans-abrisme Caché : Transformer le Traumatisme en Autonomisation», avec d’autres O.N.G. de la Famille Vincentienne et UNANIMA (O.N.G. qui s’occupe de femmes et d’enfants en situation de grande pauvreté). La date et l’heure n’ont pas encore été fixées.

Elles co-parraineront aussi l’Association Internationale de la Présentation (Réseau des Sœurs de la Présentation de la Ste Vierge, amis, et associés), et d’autres, avec un choix d’intervenants sur le thème : « Transformer les Stéréotypes du « Genre » : Faire que la Discussion inconfortable devienne Confortable." Pour la rencontre, la date du 16 mars a été proposée, mais on attend qu’elle soit confirmée par la Commission.

Photo 2: Représentation d’une femme en lien avec le thème de l’année (O.N.U.)

Les statistiques concernant les violences faites aux femmes sont préoccupantes et de nombreuses sources indiquent que cette violence a augmenté pendant la pandémie de la Covid-19 à cause du stress financier, de l’isolement et du confinement. Les appels aux services d’assistance téléphonique ont été multipliés par cinq dans certains territoires, selon « O.N.U. Femmes ». Les données hors pandémie indiquent, globalement, 35 pour cent de femmes souffrant de violences physiques et/ou sexuelles de leur conjoint, ou des violences sexuelles d’un non partenaire. Près de la moitié (49 pour cent) des victimes de la traite humaine sont des femmes adultes. Dans les pays de l’Union Européenne, une femme sur 10 déclare avoir subi des harcèlements via Internet dès l’âge de 15 ans. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, 40 à 60 pour cent des femmes ont souffert de harcèlements sexuels dans la rue. Au moins 200 millions de femmes et de jeunes filles, entre 15 et 49 ans, ont subi des mutilations génitales dans 31 pays où cette pratique est répandue selon « O.N.U. Femmes ».

Archives Des Filles de la Charité à l'ONU

Jésus Christ

La sauvegarde de la maison commune est devenue urgente mais demeure encore controversee 2015 – LAUDATO SI’ “Laudato Si” est

Lire la suite…