“Le seul pilier de Dieu pour ses œuvres : l’AMOUR”

Cette année, dans mon service de catéchiste, le Seigneur m’a permis de préparer un autre groupe d’enfants aux sacrements de la Réconciliation et de l’Eucharistie. En partageant l’expérience de mon service dans la communauté, nous cherchions des moyens d’aider les enfants et les parents à mettre à profit ce temps spécial, à approfondir leur foi et à faire l’expérience de Dieu dans un monde sécularisé.

Mon désir était d’encourager les enfants, les familles et les fidèles à écrire et à préparer des intentions lorsqu’ils venaient à la Sainte Messe. Je l’ai fait parce que dans ma vie j’ai expérimenté l’union de mes intentions avec le sacrifice de Jésus. Je prépare des hosties en papier avec une empreinte d’agneau dessus afin que tous ceux qui entrent dans l’église, en particulier les enfants qui se préparent à recevoir les sacrements, puissent écrire leur intention, qui sera ensuite offerte à l’autel comme offrande par une famille. Cet engagement est volontaire et une manière de demander à Dieu d’écouter ce qui est personnel et caché dans le cœur de chacun.

Au cours de la catéchèse, avant la prochaine célébration de la première communion, j’ai expliqué aux enfants le sens de l’accueil de Jésus dans la  communion et des intentions de prière, qui sont particulièrement écoutées par Dieu ce jour-là. J’ai entendu un élève dire spontanément : “Ecoute – ça marche – je portais des agneaux pour la santé de ma grand-mère atteinte d’un cancer et le médecin donne de l’espoir, et ma grand-mère va mieux.” Un autre élève partage : “Cela fonctionne vraiment – cette année, mon père a commencé à boire beaucoup, à être violent à la maison,  j’ai prié pour lui et écrit des intentions. Il n’a pas bu depuis 5 mois et il y a la paix à la maison.” Il y avait le silence dans la classe, la famille heureuse du garçon le jour de sa première communion, a sauvé la vie d’un enfant non désiré, l’émotion des parents après avoir entendu les déclarations des enfants était tout simplement le silence, une réponse éloquente…

D’autre part, les témoignages rédigés par les parents montrent l’importance de la demande des parents au curé de préparer et d’administrer les sacrements à leurs enfants.

« La première communion à laquelle nos enfants se préparaient cette année a été pour nous, parents et enfants, un temps très fort d’apprentissage et d’ouverture à Dieu. C’est une période pleine d’incertitudes en raison de la pandémie; nous et les enfants avions peur de la maladie, mais la prière et la participation à la Sainte Messe nous ont donné de la force alors que nous nous efforcions de rencontrer Dieu pendant la Première communion de nos enfants. Avant de recevoir la Sainte communion, les enfants étaient préparés à la Confession lors des cours de religion. La première confession qui « a tenu nos enfants éveillés la nuit », après plusieurs pratiques, s’est avérée être un remède pour l’âme. C’était un temps de silence et d’intériorisation pendant la prière. Après une longue attente, de nombreuses journées d’étude et des préparatifs difficiles, arriva le jour tant attendu, un jour plein d’émotions, un jour que Sœur Barbara avait préparé avec tant de dévouement et d’amour. Grâce à ses connaissances et à ses efforts, nous sommes parvenus à ce moment attendu : la Première communion. Nous avons vu la joie se peindre sur les visages de nos enfants qui attendaient avec beaucoup d’amour de recevoir Jésus dans leur cœur. Nous étions fiers lorsque tout le monde prenait une part active à la Sainte Messe. Ce fut un jour spécial où nous avons ouvert plus largement notre cœur à l’amour de Dieu. Nous te remercions, sœur Barbara, pour tes enseignements et tes suggestions, pour ton sourire et ton cœur, pour ton témoignage de vie ».

Un autre parent a écrit : « Pour vivre, une personne doit être nourrie du Corps de notre Sauveur Jésus-Christ. Nous, parents, le voulions pour notre plus jeune fils Alexandre ; nous voulions qu’il soit comme les autres membres de la Sainte Église et qu’il vivre vraiment dans l’ombre de l’amour de Dieu. C’est pourquoi nous avons attendu avec impatience la première communion. Nous avons essayé de préparer Alexandre à cela, mais nous avons réalisé que sans la sage direction de Sœur Barbara, nos efforts n’auraient pas été suffisants. Nous sommes reconnaissants aux Filles de la Charité de Saint-Vincent de Paul, pour le don du service et le dévouement de Sœur durant les cours de religion ». Du point de vue de mon travail catéchétique, j’ai noté l’importance de la collaboration des parents. J’ai remarqué qu’il faut chaque année plus d’efforts, de créativité et d’engagement pour soutenir le processus d’initiation à la foi chrétienne des enfants. Je suis convaincue que faire la volonté de Dieu demande beaucoup d’efforts et d’abnégation, mais c’est aussi pour moi un temps de réflexion personnelle, d’approfondissement de ma foi et ma confiance en Jésus, que je remercie et adore pour le don de son amour sans limite.

Sr Barbara, Province de Cracovie, Pologne

Articles similaires

Proche-Orient

La Tendresse de Dieu

Les six pays de la Province du Proche-Orient s’enracinent dans la Bible : « Cyrus, roi de Perse [L’IRAN actuel],

Lire plus…