Conférence Vincentienne 2021: “L’homme blessé… Qui nous libèrera de la peur?”

La Conférence Vincentienne 2021 a été diffusée en direct pour la première fois sur la plateforme Zoom le 24 janvier 2021 et s’est déroulée en une journée pour l’ensemble de la Sardaigne, au lieu de deux jours différents (un pour le Nord et un pour le Sud de notre île) comme c’était le cas dans le passé. La diffusion en direct entrera dans l’histoire pour la façon dont elle a été vécue en raison de la pandémie. La formation s’est déroulée en une seule journée, pour tous les membres qui s’adonnent à l’étude, à l’approfondissement de la spiritualité et de l’enseignement de St. Vincent de Paul.

Les branches de la Famille Vincentienne se sont réunies virtuellement, se connectant depuis Sassari, Olbia et Cagliari : laïcs et femmes des Conférences de Saint Vincent de Paul fondées par le Bienheureux Frédéric Ozanam, les Sœurs de Sainte Jeanne Antide Thouret, les Sœurs de la Congrégation de Gethsémani fondée par le Père Manzella, un missionnaire Vincentien, le plus grand groupe de volontaires Vincentiens, les prêtres de la Mission qui travaillent à Sassari et Cagliari, et les Filles de la Charité qui sont bien connues dans tous les coins de notre pays.

Après un bref moment de prière animé par le Père Beppe Crobu, Supérieur de la Casa della Missione de Cagliari, l’orateur, le Père Nicola Albanesi, C.M., a introduit le thème de l’étude de la journée : « L’homme blessé … Qui nous libérera de la peur ? » L’orateur a clairement mis en évidence comment saint Vincent, face au blessé (la pandémie est, pour nous tous, une blessure aussi difficile à guérir), a vécu le défi de la foi ; lui, notre enseignant, continue de nous montrer comment nous pencher sur les blessures de l’humanité souffrante de notre temps.

Au cœur de la Conférence, il y a des questions qui nous ont toujours interpellés concernant l’amour que nous, Vincentiens, avons pour les Pauvres : quel est-il et d’où vient-il? Il nous a souvent été dit que nous devons faire un effort pour aimer les autres, pour surmonter l’aversion, pour faire face à des situations répugnantes ; d’une manière ou d’une autre, nous avons été amenés à croire que l’amour du prochain dépend de notre bonne volonté. Bien sûr, l’amour pour nos frères et sœurs, à commencer par les plus Petits, nécessite notre action et un certain engagement mais cela vient d’une réalité qui se situe au plus profond de notre être où l’Amour est omniprésent.

Le Père Nicola nous a éclairés sur ce que doit être pour nous la source authentique de l’amour, ce qui doit animer notre action caritative : “La source de notre amour n’est autre que l’Amour que nous avons reçu. Il jaillit de la connaissance que Dieu nous aime. La Charité est toujours le fruit de l’action du Christ en nous ! Nous comprenons alors comment un cœur pénétré de l’amour du Christ connaît non seulement l’amour du prochain mais aussi le don de la prière ! L’amour pour les Pauvres a besoin d’une foi vivante, d’une recherche incessante et continue du visage de Dieu. L’amour de Dieu, manifesté dans le Christ et répandu par l’Esprit, nourrit l’amour pour les Pauvres, soutient dans les moments d’épreuve, se réveille dans les moments de crise et protège en cas de risque d’échec. La communauté qui prie, qui contemple le mystère du Christ, et qui vit en communion, prenant soin les uns des autres est le lieu où chacun puise à une source d’amour inconditionnel et acquiert la force d’aimer ceux qui ne sont pas aimés, ceux qui ont le plus de mal à croire à l’amour et à s’ouvrir à la beauté de la vie.»

À la fin de la Conférence, nous avons accueilli avec joie la brève intervention de Monseigneur Giuseppe Batturi, Évêque de Cagliari, qui nous a exhortés à continuer à nous engager dans la construction d’une image de l’Église qui réponde aux besoins actuels. Nous espérons pouvoir participer physiquement à la Conférence Vincentienne 2022 ! Le Père Nicola a cité saint Vincent à la fin de la rencontre… faisons nôtres ces paroles:

«La meilleure façon d’assurer notre bonheur éternel est de vivre
et de mourir dans le service des Pauvres, dans les bras de la Divine Providence,
dans le renoncement total à nous-mêmes pour suivre Jésus-Chris».

Articles similaires